Des policiers d'Anvers jouent en ligne en utilisant des identités volées

Les autorités belges ont décidé de lancer une enquête sur une trentaine de policiers d’Anvers dans une affaire de vols de données et de paris illégaux. Ces derniers sont en effet suspectés d’avoir utilisé les numéros de registre national disponibles dans leur base de données pour jouer sur des sites. Cet acte constitue une double fraude puisqu’elle viole la loi interdisant aux forces de l’ordre de s’adonner aux jeux d’argent et celle sur l’usurpation d’identité.

Mauvaise image

Le marché des jeux belge figure sans aucun doute parmi les plus stricts et les mieux régulés. Cela explique sans aucun doute la célérité avec laquelle les autorités ont réagi afin de mettre fin à des agissements illégaux de la part de la police. Une trentaine d’agents des forces de l’ordre sont en effet suspectés d’avoir joué sur des sites en ligne. À noter qu’en Belgique, les policiers figurent parmi les profils interdits d’office sur ce type de plateforme. Pour contourner la loi, les suspects ont ainsi décidé d’en enfreindre une autre. Grâce à la base de données de la police, ils ont pu mettre la main sur des numéros de registre national. Ils ont ensuite utilisé ces informations pour créer de faux comptes sur les sites et s’adonner à des jeux d’argent en toute légalité. Malheureusement pour eux, ils ont vite été découverts lorsque des virements suspects ont été constatés sur leur compte en banque. Une enquête a immédiatement été ouverte pour lever le voile sur cette affaire. Selon les premiers éléments recueillis, certains policiers extorquaient de l’argent à des migrants en situation irrégulière pour jouer en ligne. Ces sommes pouvaient d’ailleurs dépasser la barre des 2 000 euros.

Une sanction exemplaire

Cette affaire nuit bien entendu à l’image des forces de l’ordre et à celui du marché des jeux belge. Les autorités souhaitent ainsi donner un exemple en sanctionnant sévèrement les policiers impliqués dans l’affaire. À noter qu’ils seront condamnés pour vol et usurpation d’identité. Ils risquent également des amendes pour avoir violé la loi sur l’interdiction de s’adonner aux jeux d’argent. Enfin, il est intéressant de noter que selon le directeur de la Commission des jeux de hasard, ce type de pratique ne concerne pas que les policiers d’Anvers.  

image description
Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

image description
Poster votre commentaire