Principe du WPT National, une version édulcorée

Le monde du poker reste un des secteurs du marché des jeux de hasard les plus prospères. Ainsi, tous les opérateurs cherchent à y gagner leur place quitte à faire appel à des méthodes discutables. Justement, parmi les controverses liées à ces stratégies commerciales se trouve le principe du WTP National. Ce tournoi qui se déroule dans de nombreuses villes américaines est depuis l’année dernière entrée en Europe ainsi qu’en France et les critiques à son égard provenant notamment des autres compétitions officielles sont virulentes. D’ailleurs, on ira même jusqu’à parler du WTP National comme étant une version édulcorée d’un tournoi de poker.

 

Les causes de la controverse

 

Si le WTP National attire tant de haine de la part des opérateurs de poker comme Pokerstars, cela s’explique par les retombés de ce tournoi tant pour les joueurs, pour les salles ou pour les autres compétitions. Au niveau des joueurs, le principe du WTP National leur permet de faire appel à diverses re-entrys ce qui fait baisser énormément leur gain final. Quant aux salles et établissements qui souhaitent exploiter la marque afin de gagner en notoriété, ils doivent payer une facture de 30 000 euros. Ceci limite également leur gain surtout que le tournoi n’accueille que 400 joueurs en moyenne. Finalement de leur côté, les autres compétitions comme les FPS sont parasitées par le WTP National qui choisit toujours de se dérouler à proximité d’elles tant en termes d’espace que de temps. 

 

Exemple concret

 

Parmi les illustrations concrètes de ce parasitage effectué par le WTP National, on peut citer le cas du casino de Namur à Bruxelles. Ce dernier accueille les tournois organisés par Pokerstars et le WTP National a organisé deux tournois afin de concurrencer le duo. Le premier WTP National était à 1500 euros puis il a été réduit à 750 euros.  

image description
Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

image description
Poster votre commentaire
image description
Besoin d'aide ?

Consultez notre classement des meilleurs sites légaux

Voir le classement