De nombreux pays européens s'entendent pour développer le marché des jeux en ligne

Les pays de l’Union Européenne ont décidé de s’allier pour améliorer le contrôle du marché des jeux en ligne et renforcer la lutte contre l’offre illégale. Sur les 28 pays membres, 20 ont adhéré à cette mission commune.

 

À l’assaut de l’offre illégale


Afin de lutter contre l’offre de jeux illégale qui tend à se développer, 20 régulateurs ont décidé de s’unir pour partager leur expérience et agrandir leur champ d’action. Parmi eux se trouvent l’Arjel qui s’occupe de réguler le marché français ainsi que les régulateurs de la Grande-Bretagne, de l’Italie et de l’Espagne qui constituent les principaux piliers de l’industrie en Europe. Les pays ayant adhéré à ce partenariat seront chargés de trouver de nouvelles stratégies pour protéger les 7 millions de joueurs en ligne de l’Europe. À noter que cette coalition compte également lutter contre le blanchiment d’argent et la fraude. Afin de garantir l’efficacité de ce projet, les différents pays signataires se sont engagés à partager leurs ressources et leurs expertises.

 

Assainissement du marché

 

Pour l’European Gaming and Betting Association, ce nouveau projet doit devenir une priorité pour les pays et les régulateurs. Selon cette entité, les opérateurs légaux ont besoin de l’aide des autorités compétentes pour lutter contre la concurrence déloyale des sites illégaux. Ces derniers ne payant aucune taxe, ils peuvent investir davantage d’argent dans le recrutement et la maintenance de leur site. La première étape de la lutte contre l’offre illégale consiste ainsi à réduire ce décalage en baissant les taxes et en assouplissant les contraintes liées au marché légal.  

image description
Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

image description
Poster votre commentaire
image description
Besoin d'aide ?

Consultez notre classement des meilleurs sites légaux

Voir le classement