Gaming1 : un outil d’intelligence artificielle pour lutter contre la dépendance aux jeux d’argent

Récemment, la société belge de jeux et de paris sportifs en ligne Gaming1 a affirmé vouloir mettre au point un outil d’intelligence artificielle capable de signaler les risques de dépendance de manière fiable. En effet, la société liégeoise compte élaborer un logiciel qui serait à même d’alerter les utilisateurs qui développent une pratique « à risques » des jeux de hasard en ligne.

Un logiciel d'intelligence artificielle en guise d'outil de détection de la dépendance

« Nous sommes en train de mettre au point un logiciel d'intelligence artificielle qui servira d'outil de détection de la dépendance et qui sera intégré à nos plateformes iGaming », a déclaré Emmanuel Mewissen, directeur général de Gaming1 lors d’un entretien accordé à notre confrère L’Echo. « L'addiction est un problème de santé publique qui peut toucher tout le monde ; 99 % des utilisateurs jouent aujourd’hui de manière récréative », poursuit Emmanuel Mewissen.

Le quotidien économique belge a ensuite recueilli les propos suivants : « Lorsqu'un client glisse vers des troubles liés à l'addiction, le plaisir a disparu. Ce qu’il fait, ce à quoi il joue, n’a alors plus aucun rapport avec nos valeurs ou notre mission… qui est de promouvoir le jeu responsable ». Le PDG de Gaming1 estime en effet que parfois, le volontarisme d’un joueur problématique ne suffit pas à le secourir et qu’il est du devoir des opérateurs de mettre en œuvre des solutions.

Selon Emmanuel Mewissen, il existe différents motifs pour lesquels les joueurs peuvent être interdits de jeu (du moins sur les sites de jeux de hasard gérés et exploités par Gaming1). Parmi ces derniers, on trouve l’exclusion à des casinos, une ordonnance judiciaire émanant d’un administrateur de dettes ou bien une demande volontaire.

Gaming1 pense être capable d’anticiper les comportements des joueurs

Emmanuel Mewissen affirme que la future technologie d'IA de Gaming1 permettra une détection analytique du comportement des joueurs sur la base de plusieurs facteurs. Les facteurs en question sont la vitesse de clic, la fréquence de réinitialisation des gains, le temps de connexion, etc. « En encodant toutes ces données, nous pouvons mettre en place une norme qui nous permettra d’anticiper les comportements susceptibles de devenir problématiques », argumente le patron de Gaming1.

À noter que la firme iGaming belge a récemment engagé Xavier Noel, docteur en psychologie, psychothérapeute et chercheur à l'Université Libre de Bruxelles, afin de la conseiller dans la mise au point d’une « initiative innovante et potentiellement utile destinée à contenir les risques d’addiction liés à la pratique excessive des jeux de hasard ».

Rappelons enfin que la législatrice belge Els Van Hoof est à l'origine d'un projet de loi actuellement examiné en commission qui vise à obliger les opérateurs à renforcer les contrôles  en matière de lutte contre l’addiction au jeu. Ledit projet de loi s’inspire du modèle néerlandais, plus strict mais aussi plus probant.

Dernière édition: 26/01/2022

image description
Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

image description
Poster votre commentaire
image description
Besoin d'aide ?

Consultez notre classement des meilleurs sites légaux

Voir le classement