L'histoire d'un homme passionné par les machines à sous

Son nom, Jacques Mareel. Son métier, réparateur de vieilles machines à sous. Passionné par les machines à sous depuis son adolescence, ce retraité a installé un atelier derrière sa maison où il s’occupe de redonner vie à des appareils d’un autre âge.

 

Un parcours atypique

 

Le parcours de Jacques commence à l’âge de 13 ans lorsqu’il répare sa première machine. Il s’agissait du juke-box installé dans le café tenu par ses parents, « L’Hirondelle ». Depuis, il s’est passionné pour la réparation et décide de se lancer dans une carrière d’inventeur-réparateur. Sa première invention date de 1959 et il s’agissait d’une alarme pour sécuriser le tronc d’une église.

 

 En 1969, il crée avec des associés la société Las Vegas afin de commercialiser des machines à sous dans les bistrots français. Puis en 1975, il fonde sa propre société de développement de machines à sous dénommée Jackmatic. Pendant 12 ans, il mettra au point des machines à sous aujourd’hui devenu mythique comme « Cabaret », un strip-poker. Malheureusement pour lui, sa société met la clé sous la porte en 1997 en raison d’un conflit d’intérêts avec une société parisienne.

 

Aujourd’hui, Jacques passe le plus clair de son temps dans son atelier. Il y répare d’anciennes machines à sous, dont un modèle de « Cabaret ». Des particuliers ou des proches lui confient également des appareils à réparer.    

 

Bricoleur dans l’âme

 

Jacques est avant tout un bricoleur dans l'âme qui aime redonner vie aux vieilles machines. D'ailleurs, il n'hésite pas à récupérer des appareils dont les propriétaires se débarassent afin de les emporter dans son atelier.

 

 

image description
Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

image description
Poster votre commentaire
image description
Besoin d'aide ?

Consultez notre classement des meilleurs sites légaux

Voir le classement