Belgique : annulation de la hausse de la perte maximale sur les machines à sous !

L’information vient de tomber en Belgique ! Initialement portée à 92,50 €, les machines à sous automatiques qui sont implantées dans un casino ou une salle de jeux doivent obligatoirement être paramétrées pour une perte maximale ne dépassant pas 70 € de l’heure pour le premier, 25 € de l’heure pour la seconde. En effet, le groupe Ladbrokes, via sa filiale Derby, a contesté l’augmentation de la perte maximale sur les machines à sous automatiques en dur en saisissant le Conseil d’État. Ce dernier a donné raison à l’opérateur.

Ladbrokes conteste l’augmentation de la perte horaire maximale

La perte maximale par heure sur les machines à sous automatiques dans les casinos avait initialement été relevée de 70 € à 92,50 €. Or, devant le Conseil d'État, le groupe Ladbrokes a demandé l'annulation de ces deux augmentations, prétextant que la hausse de la perte maximale est uniquement du ressort du gouvernement (et donc du Roi de Belgique), par arrêté royal. Le Conseil d’État a approuvé la demande de Ladbrokes, estimant que la Commission des Jeux de Hasard (CJH) n’a pas les compétences requises pour dicter de telles décisions. Aussi les mesures prises par le régulateur belge trois ans plus tôt ont-elles été tout bonnement annulées.

Dorénavant, les casinos et les salles de jeux ont l’obligation de reprogrammer leurs machines à sous automatiques de sorte à ce que les joueurs ne peuvent pas perdre plus de 70 € par heure dans les premiers, 25 € dans les secondes. Rappelons qu’à la base, la CJH avait accepté d’augmenter la perte horaire par un facteur de 1,36 €, et ce afin de palier la hausse des coûts d’exploitation des casinotiers et responsables de salles de jeux.

Les casinos, salles de jeux et agences de paris : un marché unique

Tandis que sur le fond, le débat n’a pas réellement suscité de grande surprise, la question de l’admissibilité du recours de Ladbrokes, elle, soulève de nombreuses questions. En effet, en quoi un opérateur de jeux de casino en ligne et de paris sportifs serait-il en droit de saisir le Conseil d’État afin de dénoncer une réglementation qui ne touche pas véritablement à ses activités ?

Eh bien selon Ladbrokes, la hausse de la perte maximale a pour effet de consolider l'attractivité des machines de jeux dans les casinos et les salles au détriment de ses propres activités dans ses agences de paris. Tout s’explique ! En effet, les salons de paris sportifs de Ladbrokes peuvent héberger jusqu’à 2 machines à sous automatiques. Et quand bien même les directeurs de casinos ont soutenu que l’activité de Ladbrokes était marginale au vu du nombre de machines à sous installées dans l’enceinte de leurs propres établissements (au moins 200 par casino), le Conseil d’État a estimé que casinos, salles de jeux automatiques et agences de paris sportifs ne constituent qu’un seul et même marché. Pour résumer, dans l’histoire, le grand gagnant c’est donc bien Ladbrokes !

image description
Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

image description
Poster votre commentaire
image description
Besoin d'aide ?

Consultez notre classement des meilleurs sites légaux

Voir le classement