Belgique : le gouvernement limite les jeux d’argent dans les bureaux de tabac et magasins de journaux

Nouvel épisode en Belgique en ce qui concerne le rachat des actifs de Bpost par le groupe iGaming Golden Palace ! En effet, comme nous vous l’avions annoncé, le gouvernement belge a lancé une série de mesures afin d’empêcher les libraires, vendeurs de journaux et autres buralistes de faire des jeux de hasard leur principale activité. L’objectif semblerait d’éviter que ces lieux très fréquentés ne se transforment en casinos clandestins.

Marchands de journaux : la vente de jeux de hasard doit rester une activité auxiliaire

Depuis une dizaine d’années, les libraires, marchands de journaux et kiosquiers belges sont autorisés à proposer des paris sur le sport et des jeux de loterie à titre d’activité annexe, ce qui constitue pour eux l’occasion de bénéficier d’une source de revenus supplémentaire. Cela est d’autant plus vrai que l’on assiste depuis plusieurs décennies au déclin des ventes de journaux et de magazines au format papier.

Cependant, au fil du temps, certaines librairies « déguisées » ont abusé de la règle de tolérance pour faire des jeux d’argent leur activité principale. « Il existe des librairies et kiosques à journaux où l’on joue plus de 4 millions d’euros par an. Ce sont des montants hallucinants », s’est récemment exclamé le Ministre de la Justice Van Quickenborne (photo de l'article) dans Het Nieuwsblad.

Par conséquent, le gouvernement belge a décidé de mettre un terme à ces excès. Désormais, les librairies, magasins de presse, bureaux de tabac et autres kiosques ne sont autorisés à tirer que 20 % de leur chiffre d’affaires des jeux de hasard. En outre, il a été décidé par l’exécutif belge que seuls 250 000 euros de paris pourraient être acceptés par un commerçant chaque année.

Pour terminer, pas moins de 200 titres de journaux et de magazines différents devront être proposés à la clientèle, et ce afin d’encourager les commerces à se recentrer sur le cœur de leur activité. Aussi le CA lié à la vente de journaux et de périodiques doit-il à présent atteindre au moins 25 000 euros par an.

« Je pense que c’est une bonne chose », soutient l’administrateur de Perstabnlo

Rappelons que la nouvelle réglementation intervient suite à la vente très controversée par Bpost de sa branche Ubiway Retail (qui compte environ 170 points de vente) au groupe de casinos Golden Palace. À la demande de la Ministre des Entreprises Publiques Petra De Sutter, Bpost fut contraint de spécifier dans le contrat de vente que les jeux d’argent resteraient une activité secondaire pour Golden Palace.

Perstablo, organisme qui représente les intérêts des marchands de journaux belges, s’est en tout cas réjoui de la décision prise par le gouvernement. « Je pense que c’est une bonne chose, car il y avait des abus, c’est indéniable. Certains commerçants essayaient d’obtenir une licence de la Commission des Jeux de Hasard pour proposer des paris sportifs, même si ces derniers l’ont probablement fait par méconnaissance des lois en vigueur », a déclaré Erik Van Olmen, administrateur de Perstablo.

Dernière édition: 03/03/2022

image description
Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

image description
Poster votre commentaire
image description
Besoin d'aide ?

Consultez notre classement des meilleurs sites légaux

Voir le classement